Siège :

2 terrier Ste-Serenne

86260 Vicq-sur-Gartempe

 

Tél. 06 52 82 82 83

Eglise Saint-Léger à Vicq-sur-Gartempe


Cette église dépendait d'un prieuré qui était sous le patronage de l'abbaye Sainte-Croix d'Angles-sur-l'Anglin. Les bâtiments du prieuré ont disparu.

 

Le choeur de l'église, le clocher et la façade, de style roman, datent probablement de la deuxième moitié du 12e siècle, alors que la nef gothique daterait du 13e siècle. Le choeur a été rehaussé au-dessus de la corniche romane à une époque indéterminée.

 

A l'époque moderne, un bâtiment, peut-être le logis du prieuré, était accolé au nord de l'église. En effet, la présence, sur l'élévation extérieure nord de la nef, d'une porte murée, d'une baie murée et du piédroit chanfreiné d'une autre ouverture témoignent de l'existence d'un bâtiment disparu à cet emplacement. Ce bâtiment était détruit lors de la réalisation du plan cadastral en 1827. Sur ce plan cadastral, l'église présente un plan au sol similaire à aujourd'hui, à l'exception de la sacristie qui n'y figure pas. Celle-ci a donc été construite après cette date, probablement au 19e siècle.

 

En 1827, le maire de Vicq écrit au Ministre des affaires ecclésiastiques et de l'instruction publique, décrivant "l'état affligeant de l'église" et demandant une aide urgente pour la réparation. Il souhaite notamment réparer la charpente, refaire la couverture du clocher en ardoise, restaurer les contreforts et le dallage intérieur. Cette demande ne semble pas avoir été suivie d'effet.

 

Dans sa description de l'église de Vicq en 1860, Edouard de Fouchier mentionne cinq baies dans le choeur, mais seule la médiane est ouverte, car deux sont simulées et deux autres sont murées. Après 1860, deux fenêtres ont donc été ouvertes à nouveau et deux ont été percées. Les deux baies latérales pourraient dater de 1894 car les vitraux sont datés de cette même année. Sur une carte postale du début du 20e siècle, le percement de la baie sud de l'abside semble effectivement très récent. Les deux baies au sud de la partie droite du choeur, dont un oculus, semblent dater de la fin du 19e siècle. En 1878, le conseil de fabrique constate que l´Eglise est trop petite. Il est alors envisagé de construite deux chapelles latérales ou d'aménager une tribune. La tribune actuelle pourrait dater de cette période.

 

Les importants travaux réclamés par le maire en 1827 n'ont été engagés qu'en 1882. Ils ont été dirigés par l'architecte Lavergne et réalisés par l'entrepreneur A. Moricet. La réfection de la charpente et des toitures a été entreprise. La tuile plate qui couvrait auparavant le clocher a été remplacée par de l'ardoise. La nef et le choeur ont été couverts en tuile plate, comme c'était le cas précédemment. Un nouvel enduit a été appliqué à l'intérieur de l'église, tandis que les contreforts et le dallage intérieur ont été réparés. Sur les cartes postales du début du 20e siècle, le rejointoiement des contreforts au nord de la nef semble particulièrement récent. Une délibération du conseil municipal du 26 février 1928 approuve un devis de 10000 francs pour la réparation du clocher de l'église.

 

Source : Dossier de l’inventaire du patrimoine Poitou-Charentes

Eglise St-Léger
Texte du dossier de l'inventaire
Eglise_Saint_Leger.pdf
Document Adobe Acrobat 64.1 KB

1 En vertu du paragraphe § 19 de la loi sur les petites entreprises, nous ne prélevons pas et n'affichons pas la TVA.